« The 2016 Fonroque, part of the portfolio of Alain Moueix, put in a killer performance this year. It has a lighter bouquet compared to its peers with dusky black fruit, quite tertiary and introverted at first, although it does gain more expression and vigor with time in the glass. The palate is medium-bodied with supple tannin on the entry, very refined and poised without compensating in terms of fruit. I adore the finish here, really sleek and stylish with very fine mineralité and classicism. Bravo Alain Moueix! »

The Wine Advocate by Neal Martin

Permanence d’un lieu viticole historique

Le château a été acquis en 1931 par Jean et Adèle Moueix. Alain Moueix, leur arrière-petit-fils, en a hérité de son père et l’a dirigé depuis 2001. Il y a instauré d’emblée la pratique désormais certifiée, d’une démarche qui place l’intelligence biologique et l’observation au cœur des avancées du vignoble, la Biodynamie.

La famille Guillard est propriétaire du Château Fonroque depuis le mois de juillet 2017. Sensibles à l’approche instaurée par l’équipe actuelle et soucieux de la préserver, Hubert et Richard Guillard ont choisi de collaborer avec Alain Moueix, dont l’engagement servira durablement la Direction du vignoble. Les nombreuses transformations envisagées vont contribuer à la croissance qualitative de cette très belle propriété dont le vin exprime à merveille la rareté d’une combinaison bénéfique entre belle approche et grand terroir.

LE TERROIR

Plateau calcaire, côte argilo-calcaire et pied de côte argilo-limoneuse. Le Château Fonroque possède les trois grands types de sols que se partagent les crus les plus éminents de Saint-Émilion. Un terrain propice pour explorer plus avant le potentiel prometteur et les qualités uniques de la propriété.

LE VIGNOBLE

80 % de Merlot 20 % de Cabernet Franc. Arrachages et replantations ont été nécessaires au cours du temps pour rééquilibrer les rendements et favoriser les bonnes rencontres entre plantes et terroir. L’encépagement complète l’outillage organique de la terre en préparant, par la complétude de son cycle de vie, la nourriture de la roche mère.

LES PERSONNES

L’apport humain est capital en viticulture comme ailleurs. La dimension énergétique induite par la biodynamie ne saurait faire l’impasse sur une telle évidence. À Fonroque les implications sont totales et les collaborations durables. Chacun développe son propre rapport au lieu et à la fonction qu’il y exerce.

La biodynamie, une solution optimale

Optimal. Se dit de l’état le plus favorable. Parce que toute croissance demande un accompagnement fondé sur l’écoute et le respect des spécificités naturelles, nous avons trouvé dans la biodynamie les réponses les plus pertinentes et passionnantes à notre rôle de révélateur. Celles qui nous permettent de croître dans le même temps et de trouver du sens à nos pratiques quotidiennes. N’est-ce pas considérable lorsqu’il s’agit d’alimenter ce qui va occuper une telle part de nos vies et de notre responsabilité ?

Les vins

Composés comme on le ferait de tableaux fidèles aux paysages qu’ils se proposent de reproduire, nos vins sont l’aboutissement d’un travail mené dans l’idée fondamentale de leur ultime destination. Les êtres qui en feront consommation. Notre intention est dynamisée par cette perspective et préside au soin que nous plaçons dans chaque étape. Cueillette, vinification, assemblage, élevage, dégustation, doivent répondre au projet essentiel de favoriser une ivresse élevée.

Visiter le Château Fonroque

Visiter un lieu c’est prendre contact physiquement avec un espace, des personnes, un climat et ce faisant dégager une connaissance sensible de son sujet. Au Château Fonroque nous accordons une importance particulière au fait de recevoir. De l’amateur au professionnel, acquéreur potentiel de nos vins ou simplement curieux, chacun est invité à découvrir ce qui caractérise notre pratique et à stimuler l’étude constante du lieu et de ses prolongements.

Le-Cahier-Fonroque

Le cahier d’Alain Moueix

Chaque trimestre s’ouvrira prochainement

sur un chapitre du Cahier d’Alain Moueix.

Du premier au énième élément il s’agira bien sûr de viticulture. Au sens le plus large cependant puisqu’Alain Moueix en propose une lecture réputée singulière. Sous une forme courte et animée, le cahier se destine à l’exploration, au développement, à l’étude, au partage et à la pensée libre.

Soyez l’invité de ce savoureux dédale de recherche et d’expérience.

Rendez-vous au mois de décembre 2017 pour la publication du Premier élément de composition.