Le vignoble

l’Encépagement de Fonroque

80 % Merlot
20 % Cabernet Franc

Quelques propos de présentation

 

« Dans le domaine de l’encépagement la génération qui m’a précédé a malheureusement arraché quantité de Cabernet Franc. Il y en avait beaucoup à Fonroque à une époque où les engrais azote et autres attributs du rendement accru ont commencé à faire leur apparition. Mais contrairement au Merlot qui s’accommode assez bien des rendements élevés et continue dans ces conditions à produire des vins qui se tiennent bien, le Cabernet Franc tout comme le Pinot Noir en Bourgogne, est assez capricieux et ne supporte pas ce mode opératoire qui le rend assez commun et lui fait perdre très vite sa concentration et sa densité. Outre son intolérance à l’azote et à l’humidité, il demeure plus tardif que le Merlot. Dans la mesure où un rendement plus élevé demande à chaque pied un temps de maturation supérieur, ce cépage réfractaire aux pratiques massives était souvent ramassé non mûr ce qui lui a valu dans les années quatre-vingts de n’être jamais mêlé aux premiers vins. Ce phénomène est vraie à Fonroque comme partout ailleurs à l’époque et relève des effets pervers d’une problématique qui se déplace d’une agriculture équilibrée à la recherche d’une maîtrise du vivant aux fins d’augmentation du profit qu’il est possible d’en tirer. Cette tendance malheureusement encore largement actuelle connaît cependant quelques affaiblissements.

 

Depuis que je suis à Fonroque j’ai toujours mis 100% du Cabernet Franc dans le premier vin. Il se trouve que j’ai dû beaucoup arracher les vignes du plateau calcaire considéré comme le meilleur terroir de la propriété. Là encore les générations précédentes étaient réticentes à l’arrachage sur ces parcelles, malgré la baisse régulière et significative des rendements. J’ai donc procédé à cet arrachage et planté du Merlot car l’endroit est idéal pour révéler l’effet cristallin tout à fait particulier que ce cépage produit dans son association avec ce sol. Ceci a permis l’augmentation très significative et croissante à ce jour, des rendements offerts pas ces parcelles grâce auxquelles nous constatons chaque année le très net gain de qualité dont bénéficie l’assemblage. Maintenant que je commence à m’intéresser à des parcelles de bas de coteau et pied de côte, je plante du Cabernet Franc. En 2015 nous avons planté soixante ares de Cabernet Franc et ce chiffre ira croissant. Pourtant la ligne apportée par le calcaire en milieu de bouche et la présence de l’argile assurent une très belle tenue à notre vin et le Cabernet Franc ne m’intéresse pas ici pour sa vertu structurante. Cependant un mouvement de densification du cœur apporte encore plus de plénitude au résultat. Sans doute parce que le Merlot s’ouvre beaucoup au contact de la Biodynamie. Il gagne en verticalité, en largeur. Un espace se crée en milieu de bouche qui est très intéressant mais ne doit cependant pas être trop volatile. Il a besoin de matière et le Cabernet Franc sait particulièrement bien densifier cet espace. La fraîcheur enfin est naturellement généreuse à Fonroque, ce qui nous dispense d’y ajouter la plantation de Petit Verdot.  »

 

Alain Moueix

003_levignoble